NE PAS CONFONDRE PUBLICITE ET COMMUNICATION

     La publicité est le fait d’exercer psychologiquement un ancrage sur un public, une cible, des gens donc, en vue de leur faire acheter un produit, un service ou de partager une idée.
La publicité a donc une fin commerciale et ou idéologique.

     La communication est une interaction avec l’autre. En l’occurrence, ici, un attaché de presse sert d’intermédiaire entre son client et le journaliste à convaincre, qui lui-même le journaliste sert d’intermédiaire entre l’attaché(e) de presse qui représente la marque et la cible (le lecteur, le téléspectateur…)
Car oui, avant que le public ne puisse décider si votre produit est bon, il faut que l’attaché(e) de presse communique avec le média. (Peu importe qu’il se nomme responsable des programmes, journaliste, pigiste parfois, rédacteur en Chef…)
L’inconvénient : c’est le journaliste qui décidera ou non de parler du produit. C’est une barrière que le client oublie très souvent. Pour convaincre le public, il faut convaincre les médias.
L’avantage : votre produit sera alors chroniqué/présenté que ce soit sous forme d’article-publireportage, interview du créateur, reportage tv, diffusion radio… sans que votre attaché(e) de presse ne vous facture à nouveau quoique ce soit – donc hormis son forfait initialement réglé.

Parfois, suivant les budgets MAIS surtout suivant la stratégie, la publicité s’impose.
Pour information et ou rappel, on ne paie de la publicité (normalement) que lorsque l’on est connu. Pour preuve, feuilletez un magazine et vous verrez que votre cerveau et vos yeux ne s’arrêteront que sur les publicités que vous connaissez déjà. Ce n’est pas pour rien que McDo ou Levis réinjecte tous les ans entre 5 et 15% de leur chiffre d’affaires en communication et autant en publicité.
L’inconvénient : hormis le prix, le ciblage. Car il faut différencier la pub « notoriété » qui ne fait pas vendre mais qui flatte simplement votre ego, et la publicité efficace.
L’avantage : la visibilité immédiate

Un exemple :
C2LAURE communication a travaillé un certain temps avec une société dans le domaine alimentaire. Nous suivions la stratégie élaborée alors, tout se déroulait très bien et la marque évoluait positivement de mois en mois. Et puis lors d’un salon de l’agriculture, les médias se bousculaient pour les rencontrer, tout comme les politiques. Le DG passait ses journées sur des taxis-moto pour aller de plateau tv en plateau tv. Nous avions donc un plan. C’était prévu ainsi à ce moment-là. Nous étions à environ 18 mois de communication. Et puis je lui ai fait rencontrer un Chef, un MOF, et ils ont fait ensemble la Une du Parisien. Alors oui, ce DG se voyait partout sur les kiosques à Paris. Il aimait de plus en plus ça. Se voir dans les médias. Mais à ce stade, dans la stratégie, il y avait un frein concernant la surmédiatisation afin de développer un autre secteur de communication pour la marque. Mais non, en voyant son chiffre d’affaires grimper en flèche, il s’est fait un cadeau d’anniversaire sans me prévenir : des affiches dans le métro et sur les bus parisiens. Je me souviens encore lorsqu’il me l’a annoncée au téléphone. J’en suis restée bouche-bée, je me suis assise, puis calmement je l’ai prévenu que nous avions fait tout cela pour rien, que sa marque allait couler.

– Mais pourquoi ? – Parce tu es sur la fin de la phase de développement et la marque se comporte comme à l’anniversaire de ses 10 ans ! Donc s’est terminé ! Tu n’es pas une production de films ou de spectacles ! Ce n’est pas la même stratégie du tout pour toi !

Vous me croirez ou pas, lors d’une veille 4 mois plus tard, mon assistante m’a alors envoyée une capture écran. J’apprenais ainsi que la société avait déposé le bilan…

Nous gérons les budgets publicitaires pour les marques/les artistes… Il est évident que nous n’avons pas les mêmes tarifs que si vous appeliez en direct. De même que pour la publicité également il faut une stratégie. Nous, nous savons qui quoi et quand. Et optimisons donc le combien.
Pour une sortie ciné, une tournée, un album, lorsque cela existait encore (ironie bien sûr…), oui il fallait, il faut coupler la communication à la publicité.

     Alors la communication et la publicité ?
Lorsque C2LAURE communication intervient pour la communication, sans avoir de budget publicité, nous recensons toutes les retombées médias obtenues : la revue de presse.
Nous avons les kits médias et pouvons alors chiffrer chaque retombée.
En somme, vous payez l’attachée de presse au forfait. Même si vous en avez pour 140 000€ de communication. Si vous aviez payé chaque point de votre revue de presse, ça s’appellerait alors de la publicité.

Je vous suggère ces séries et films sur la publicité et le marketing.

A bientôt
Laure Rebois

#LRDC

Laisser un commentaire

Partagez cette référence !

Partager sur facebook
Partager sur pinterest
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur stumbleupon
Partager sur tumblr
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Fermer le menu
lectus Aliquam diam Donec sem, ut justo nec